You are currently viewing La Mandadissa del dimècres 3 de febrièr

La Mandadissa del dimècres 3 de febrièr

Bonjorn a totas e a totes ! 

 

Uèi dins la Mandadissa del dimècres, escotatz l’emission Escolo d’Aqui amb de liceans que nos parlan de « Li rouge dóu miejour » de Felix Gras.

En seguida, traparetz un tèxte d’Ubèrt, Al collègi, extrach del quite obratge de Felix Gras

Puèi, per acabar en musica, escotatz « Colorina de ròsa » de Cocanha !

Aujourd’hui dans la Mandadissa del dimècres, écoutez l’émission Escolo d’Aqui avec des lydéens qui parlent de « Li rouge dóu miejour » de Félix Gras.

Ensuite, vous retrouverez un texte d’Hubert, Al collègi, extrait de ce même ouvrage de Félix Gras.

Puis, pour terminer en musique, écoutez « Colorina de ròsa » de Cocanha !

Si vous voulez participer à cette Mandadissa, n’hésitez pas à nous envoyer une contribution, un texte, etc, qui sera publié dans la Mandadissa suivante (à envoyer à cette adresse : centre-occitan-rochegude@orange.fr )

Tenètz-vos fier·a·s !

Sus France Bleu Vaucluse, Aurelian e Tanguy del licèu Jean Henri Fabre de Carpentràs, nos parlan de « Li rouge dóu miejour » de Felix Gras dins l’emission Escolo d’Aqui. 

Sur France Bleu Vauclause, Aurélien et Tanguy du lycée Jean Henri Fabre de Carpentras, nous parlent de « Li rouge dóu miejour » de Félix Gras dans l’émission Escolo d’Aqui.

Al collègi

La vesi encara la carreta de mon paire, atalada de nòstre vièlh caval roge qu’aviá jamai reguitnat, la vesi emportant, a travèrs la garriga, sul camin peirós, mon matalàs a carrèus blancs e blus, e ma mala tota espelofida de sa pèl de pòrc regda e sedosa. La vesi nòstra polida carreta blua ont m’èri tant amusat, tan balançat dins la remesa, la vesi dintrar dins la cort del collègi.

Alara mon paire me prenguèt dins sos braces, me faguèt dos potons gròsses, que ne sentissi encara sa barba ponhenta sus mas maissas tendras, me botèt un planponh de moneda dins la man, amb aquò, se’n anèt tanlèu aver descargat lo matalàs e la mala.

Sulcòp, Victor lo portièr, qu’aviá una barba de boc, tampèt la pòrta, cric crac.

Tant que faguèt jorn aquò anèt plan, comptèri e recomptèri mas pèças de coire, las tombavi per las far veire ; faguèri la coneissença d’una dotzena de pichòts novèls, coma ieu embarrats del matin.

Mas quand la nuèch venguèt, après lo sopar, quand calguèt anar se jaire, a ! paure de ieu !… Pensèri a ma maire que m’ajudava a descorrejonar los solièrs quand tombant de sòm, arribavi de la velhada del cordonièr ; pensèri al vièlh Pascal de la Patina contant sas polidas istòrias… Alara las lagremas me banhèron las maissas e ragèron sus mon coissin. Plorèri fins que lo sòm, aquel sòm de mainatge que res non desrenga venguèsse m’arrapar e me téner dins sos braces.

Entre que me revelhèri, l’idèa que de tot lo jorn non veiriái ma maire, e que lo vèspre, anariái pas passar la velhada amb lo vièlh Pascal, me trebolèt lo cap e ne foguèri sorne e tristas. La nuèch d’après plorèri pas que mai e lo lendeman ne foguèri que mai sornarut.

Quand uèch jorns se foguèron passats, ma maire ambe mon paire venguèron veire s’aviái manjat, s’aviái dormit, se m’acostumavi. A ! Pecaire ! Quin pensament lor faguèri, quin mal de còr quand lor diguèri que manjavi pas pus, e que voliái me’n tornar a l’ostal.

— Mas paure dròlle, me fasiá mon paire, veses ben que cal estudiar, apréner las chifras e tot aquò ; si que non quand seràs bèl, de que faras ?
— Ieu vos disi que me’n vòli tornar a l’ostal, ne sabi pro coma aquò.
— Mas de que sabes ? Sabes pas res, mon bèl.
— Sabi legir !
— Sabes legir, òc, mas puèi ?
— Sabi chifrar.
— Tot aquò va plan ; mas cal apréner un bricon de latin, de grèc e que sabi ieu !
— Vòli pas ! Vòli me’n tornar ambe vosautres !
— Vejam ! Vejam ! de que vòles faire ? Medecin, riton, notari ?
— Vòli èstre res de tot aquò !
— Vòles èstre païsan ? Marrit mestièr, mon bèl, crei-me, vai, aquò te passarà, veiràs.
— Non, me vòli pas faire païsan. Vòli me’n tornar a l’ostal !
Ma maire disiá pas res, e bolegant lo cap, me descufelava de castanhas bolidas que rosegavi tot en replicant a mon paire, que fin finala, despacientat, me faguèt :
— Anem, parla francament, veja ! Se non vòls te faire medecin, curat o notari, ni mai païsan, alara de que vòles èstre ?
— È ben, volètz que vos diga ? Lor respondèri en baissant los uèlhs, vòli… vòli me faire cordonièr !…
— Ò ! Que la pèsta de tu ! faguèt mon paire en tustant de sa man rufa. Cordonièr !… Cordonièr !… A ! E ben aquela es bona !… Sabes donc pas que los cordonièrs empèstan la pega !!!


D’après Feliç Gras (Lo roge del miègjorn )
Aquel tèxt m’a fach soscar a mon viatge per anar en pension, èra en 1953. Èra pas amb la cavala mas amb la Berliet, una autò transformada en camioneta per un rodièr-carrocièr.

Ubèrt
(sòci del talhièr de Puòg-Goson) 

Au collège

Je la vois encore la charrette de mon père attelée à notre vieux cheval rouge qui n’avait jamais rué, je la vois emportant, à travers la garrigue, sur le chemin pierreux, mon matelas à carreaux blancs et bleus, et ma malle toute ébouriffée de sa peau de porc raide et soyeuse. Je la vois notre jolie charrette bleue où je m’étais tant amusé, tant balancé, dans la remise , je la vois rentrer dans la cour du collège.
Alors mon père me prend dans ses bras, il me fait deux grosses bises, dont je ressens encore sa barbe piquante sur mes tendres joues, il me glisse une poignée de pièces dans la main, ensuite, il s’en va aussitôt après avoir déchargé le matelas et la malle.
Aussitôt, Victor le portier, qui avait une barbe de bouc, ferme la porte, cric crac. Tant qu’il fit jour, cela se passa bien, je comptai et recomptai mes pièces de cuivre, je les tombai pour les faire voir ; je fis la connaissance d’une douzaine de petits nouveaux, comme moi enfermés depuis le matin.
Mais lorsque la nuit vint, après le souper, quand il fallut aller nous coucher, ah ! Pauvre de moi !… Je pensai à ma mère qui m’aidait à délacer mes souliers quand tombant de fatigue, j’arrivai de la veillée de chez le cordonnier ; Je pensai au vieux Pascal de la Patine racontant ses jolies histoires… Alors les larmes me mouillèrent les joues et coulèrent sur mon coussin. Je pleurai jusqu’à ce que le sommeil, ce sommeil d’enfant que rien ne dérange vienne me prendre et me tenir dans ses bras.
Lorsque je me réveillai, de savoir que de tout le jour je ne verrais pas ma mère, et que le soir, je n’irais pas passer la veillée avec le vieux Pascal, me troubla et j’en fus morose et triste. La nuit d’après, j’en pleurai que davantage et le lendemain je fus encore plus triste.
Quand huit jours furent passés, ma mère avec mon père vinrent voir si j’avais mangé, si j’avais dormi, si je m’habituais. Ah ! Peuchère ! Quel souci je leur fis, quel mal de cœur quand je leur dis que je ne mangeais plus, et que je voulais retourner à ma maison.
— Mais pauvre enfant, me disait mon père, tu vois bien qu’il faut étudier, apprendre à compter et tout cela ; si non quand tu seras grand, que feras-tu ?
— Moi je vous dis que je veux retourner à la maison, j’en sais assez comme ça.
—Mais que sais-tu ? Tu ne sais rien, mon grand.
— Je sais lire !
— Tu sais lire, oui, et ensuite ?
— Je sais calculer.
— Tout ça c’est bien ; mais il faut apprendre un peu de latin, de grec et que sais-je encore !
— Je ne veux pas ! Je veux m’en retourner avec vous !
— Voyons, voyons, que veux-tu faire ? Médecin, curé, notaire ?
— Je ne veux rien être de tout cela !
— Tu veux être paysan ? Pauvre métier, mon grand, crois-moi, va, ça te passera, tu verras.
— Non, je ne veux pas être paysan. Je veux m’en retourner à la maison !
Ma mère ne disait rien, et hochant la tête, me pelait des châtaignes bouillies que je croquais tout en répliquant à mon père, qui finalement, agacé, me dit :
— Allons, parle franchement, vois-tu ! Si tu ne veux pas te faire médecin, ni curé ou notaire, et ni même paysan, alors que veux-tu devenir ?
— Eh bien, vous voulez que je vous dise ? Je leur répondis en baissant les yeux, je veux… Je veux être cordonnier !…
— Oh ! Quelle peste là ! Fit mon père en tapant de sa main rêche. Cordonnier !… Cordonnier !… Ah ! Elle est bien bonne celle-là !… Tu ne sais donc pas que les cordonniers empestent la poix !!!

D’après Félix Gras. Ce texte m’a rappelé mon voyage pour aller en pension, c’était en 1953. Ce n’était pas avec le cheval mais avec une Berliet, une voiture transformée en camionnette par un charron-carrocier.

Traduit par Danièla
(sòcia del talhièr de Puòg-Goson)

Per acabar en cançon :

Cocanha nos canta «Colorina de ròsa»

Colorina de ròsa – Cocanha, cant tradicional occitan (gascon), per Cocanha

Colorina de ròsa, 
Sabor de romaniu 
M’an dit la gent per vila, 
Que vos be’n voletz ir 
Au mensh que m’ac digossetz, 
Bèras camisas vos harí
Las be’n harí de tela, 
Cosudas dab hiu fin
Au cap de la costura, 
L’amor m’i pausarí
E quan las ve botèssetz, 
Que’vs sovieretz de mi 
E quan las ve tirèssetz, 
Haretz un gran sospir 
Colorina de ròsa

Lo libre « Contes et récits du Colonel », la revirada dels contes e racontes del Coronèl Teyssier en francés, ven de sortir ! Un CD audiò dels contes legits en occitan pel talhièr radio del CCOA es tanben en venda al COR. Esitatz pas a reservar lo vòstre !
L’edicion occitana (« Contes e racontes del Coronèl« ) es totjorn disponible al COR.

Le livre « Contes et récits du Colonel », la traduction des contes et récites du Colonel Teyssier en français, vient de sortir ! Un CD audio des contes lus en occitan par l’atelier radio du CCOA est également en vente au COR. N’hésitez pas à réserver le vôtre !
L’édition occitane (Contes e racontes del Coronèl ») est toujours disponible au COR.

A Tolosa, l’Escòla Occitana d’Estiu, ÒsCa (estudiant·a·s occitan·a·s de Tolosa), la seccion Occitan de l’UT2J e lo CREO Tolosa organizan una Sant Valentin occitana ! Mai d’entresenhas aquí

A Toulouse, l’Escòla Occitana d’Estiu, ÒsCa (estudiant·a·s occitan·a·s de Tolosa), la section Occitan de l’UT2J et le CREO Tolosa organisent une Saint Valentin occitane ! Plus d’informations ici

Enveja d’agachar un film en lenga nòstra per Nadal ? Es possible sus OcVOD, la primièra platafòrma de videò a la demanda en occitan !

Lo Diari n°58, sus l’Art dels contes, es sortit ! Viatjatz al país dels contes gentes e rufes, d’ièr e de deman, d’aquí o d’alai, amb los e las que fan viure mai qu’una literatura orala, sus : lodiari.com

Puis Lo Diari n°58, sur l’Art des contes, est sorti ! Voyagez au pays des contes gentils et rustres, d’hier et de demain, d’ici ou là, avec ceux et celles qui font vivre plus d’une littérature orale, sur : lodiari.com

Se o sètz pas encara, abonatz-vos per sosténer aquela polida revista culturala en occitan !
Si vous ne l’êtes pas déjà, abonnez-vous pour soutenir ce beau magazine culturel en occitan !

Mai d’entresenhas aquí / Plus d’infos ici

Comme cada an / Come chaque année
Lo concors de novèla del Lecteur du Val : concors d’escritura de tèxte cort, en francés o en occitan, dubèrt a tot lo monde ! / Le concours d’écriture de textes courts, en français ou en occitan, ouvert à tout le monde !
Fins al 11 de febrièr 2021 / Jusqu’au 11 février 2021
Reglament aquí / Règlement ici

La librariá del Centre Occitan Ròcaguda es dobèrta ! Esitetz pas a nos venir veire per trapar de libres, d’accessòris, de CD, de DVD, et. en occitan o en ligam mab la cultura occitana !
Nos podètz contactar per mèl ( centre-occitan-rochegude@orange.fr ) o per telefon (permanéncias telefonicas de 10h-12h / 14h-18h del diluns al divendres, e 10h30-17h30 lo dimècres) per tota comanda. 

Podètz tanben visitar nòstre site internet : centre-occitan-rochegude.org e vos abonar a nòstra pagina facebook : Centre Occitan Rochegude

Nos trapar en linha

S’abonar a la Mandadissa

Daissar un comentari