Archius del mot clau mendi horiek

« Mendi horiek o aquelas montanhas del pais de mon enfància », conferéncia de Peyo Sallagoity

Basc o Gascon
o
Basc e Gascon

« Mendi horiek o aquelas montanhas del pais de mon enfància », conferéncia de Peyo Sallagoity

Dissabte 28 de setembre
17 oras

Èra la question que me borrelava o taraudava a la solenca de Nadal passat.
Cresiái qu’aviái respondut a la question.
Que nani…una annada aprèp que soi dintrat mai prigond dins la lenga e la civilizacion d’Òc me sentís copable …copable de traïr ma lenga mairala coma si la doble fidelitat èra impossible e que torni dins un doble infidelitat.
Es per aquò que vòli vos parlar dins vòstra lenga de mon país.
Voldriái vos far dintrar dins lo cor o l’arma de mon Pais. Farem pas consi fan las toristas que venan sul la còsta , Biarritz, Hendaye, St Jaon de Luz, Anglet per bronzir lor darrièr, mas quand fa pas solelh, venon coma de voladas de voltors dins « l’arrière pays » e, ieu entendi fòrt « le pays arriéré ».
Ieu, vòli vos préner per la man e vos far sentir mon País e, se capiti, serai perdonat, e vos, quand vos en anaretz a San Jean Pè del Port e que vos passejaretz aprèp aver manjada una brava piperada dins una carrièra ont los «americans» (de bascos qu’an passat 10 a 20 annadas en America per tornar amb una bresala de dollards e an fach bastir de cranas ostals bascas). Totes an un inscripcion en latin o basc o francés… Una se dich en basc « Pausa leku », çò que vòl dire « meu luòc per me repausar » e se pronça (pausa lèkou). La torista Francesa legit : « Posa le cul !……. Oh qu’ils sont grossiers ces basques!!!! » e tornarà a Paris amb aquela vision del País Basc.
Aprèp la conferéncia, auretz un’autre vision del meu país. De mens, l’espèri.

«Basque ou Gascon, ou Basque et Gascon ?»

Peyo Sallagoity s’interroge. Entré au plus profond dans la langue et la civilisation occitanes, il se sent coupable… coupable de trahir sa langue maternelle comme si la double fidélité était impossible et qu’il en venait à une double infidélité.
C’est pour cela qu’il veut vous parler, dans notre langue, l’occitan, de son pays, Basque.
«Je voudrais vous faire rentrer dans le cœur et l’âme de mon Pays. On ne fera pas comme les touristes qui viennent sur la côte, Biarritz, Hendaye, St Jean de Luz, Anglet, pour se bronzer le derrière, et qui, quand il ne fait pas soleil, viennent comme des volées de vautour dans « l’arrière pays » et, moi j’entends bien « le pays arriéré».
Moi, je veux vous prendre la main et vous faire sentir mon Pays et, si je n’y arrive pas, je serai pardonné, et vous, quand vous vous en irez à St Jean Pied-de-Port et que vous vous promènerez après avoir mangé une bonne piperade dans une rue où les «américains» ( des basques qui ont passé 10 à 20 ans en Amérique pour revenir avec une poignée de dollars et qui ont fait bâtir de belles maisons basques). Tous ont une inscription en latin, basque ou français… une s’appelle en basque « Pausa leku », ce qui veut dire ‘mon lieu pour me reposer’ et se prononce (pausa lèkou). La touriste française lit : «Pose le cul ! … Oh qu’ils sont grossiers ces basques!!!!» et repartira à Paris avec cette vision du Pays Basque.
Après la conférence, vous aurez une autre vision de mon Pays. Du moins, je l’espère ! »


Tres mots de consultar abans la conferéncia :