Etienne PEZET…Vigne et STO…

Etienne PEZET…Vigne et STO…/ Estève Pezet…Vinha e STO…

A l’iniciativa de Medèu (Amédée) Sabatié e Eimonda, avèm aprofitat (mai d’una orada de temps ) de l’evocacion de las peripecias de sénher  Estève Pezet, el qu’èra demorat dins una bòria en Alemanha, dins l’encastre del S.T.O. (Servici de Trabalh Obligatòri) en 1943. Aquel òme nascut en 1922, nos susprenguèt  de sa vitalitat, (son vam), nos a captivat per son parlar en òc, per sos remembres ponctuats de forças istorietas (anecdòtas). Nos contèt lo rude trabalh amb los cavals, los suènhs devèrs las vacas, las aradas, la culhida de las trufas, de las bledarabas e de las bledas… Tot aquò amb fòrças detalhs e umor, en despièch de la gravetat de sa captivitat ! A l’ocasion d’una permission exceptionala tornèt en çò seu a Bernac e n’aprofitèt per dintrar dins lo maquis e s’amaguèt entrò la fin de la guèrra.                                                                                                                                              Aquela reünion s’acabèt amb las agapas  e lo bon vin de sa bòria de Salmes. Totòm, un vintenat d’occitanistas qu’èron aquí per l’escasença, foguèron encantat !

M. Pezet sovenirs STO

Conversation entre  Amédée Sabatié et M. PEZET

Conversa E Pezet

L’atelier à l’écoute de M. PEZET

 

A l’initiative de  Amédée SABATIE et d’Edmonde GOULESQUE nous avons eu droit – durant plus d’une heure – à l’évocation des péripéties de Mr. Etienne PEZET, alors qu’il avait séjourné dans une ferme en Allemagne, dans le cadre de son STO (service du Travail Obligatoire) en 1943.                                                                                             Cet homme, né en 1922, d’une verve et d’une vitalité étonnantes, nous a captivés par le récit « en Occitan » de ses souvenirs, ponctués de   nombreuses anecdotes… La rudesse des travaux avec les chevaux, les soins des vaches, les labours et récoltes de pommes de terre, de  blettes, de betteraves, … le tout avec détails et humour malgré la gravité de sa captivité !                                                                         A la faveur d’une permission exceptionnelle, il retourna chez lui à BERNAC et en profita pour prendre le maquis et se cacher jusqu’à la fin de la guerre. Cette séance clôturée par des agapes et un bon vin de son domaine de SALMES ravit l’assistance, composée d’une bonne vingtaine d’Occitanistes qui s’étaient retrouvés pour la circonstance.

AB et CC

Comments are closed.