Lo Felibritge : mòstra e conferéncia

Lo Centre Cultural Occitan de l’Albigés vos convida lo dissabte 9 de febrièr a 5 oras del vèspre a l’estrena de la mòstra que presenta lo Felibritge. A l’ocasion de l’estrena, Eric Barthe nos farà una conferéncia, « Mistral e l’influéncia del Felibritge dins Tarn entre 1870 e 1970 ».
La mòstra, facha pel Felibritge, serà al COR del diluns 4 fins al dijòus 28 de febrièr de 2019. Lo COR es dubèrt de diluns a dissabte, de 3 oras a 6 oras.

/ Le Centre Culturel Occitan de l’Albigeois vous invite, samedi 9 février à 17 h au vernissage de l’expo qui présente le Félibrige, et à la conférence d’Eric Barthe, président de l’association : « Mistral et l’influence du Félibrige dans le Tarn entre 1870 et 1970 ».
L’exposition, réalisée par le Félibrige, sera au COR du lundi 4 au jeudi 28 février 2019. Le COR est ouvert du lundi au samedi de 15h à 18h. 

Mistral es lo grand autor qu’a permés lo relevament de la lenga d’òc entre 1850 e 1914, e qu’a obrat pendent los tres quarts de sa vida a aquela « respelida ». Son impact al delà de las frontièras, despassa l’imaginacion : es un dels pus grand autor de lenga d’òc, son òbra va non solament servir al manten de l’occitan en tèrra nòstra, mas tanben irrigar la Catalonha sòrre, la Romania renaissenta… Va faire una òbra geniala ont va tractar de l’amor impossible ambe Mirèio e Vincenç, revisitar lo passat tragic del temps de la Crosada albigesa, dins Calendau ; vendrà lexicograf gracia a de correspondent e a la compillacion dels diccionaris coma lo de Cosinièr (Val d’ Agot) que l’inspirèron per son diccionari del tresòr del Felibritge. Enfin, aureolat del premi Nobel en 1904, dispausarà de fonds importants per fondar l’immense Museon Arlatenc dont lo fons despassava los 50 000 objèctes de la tradicion populara provençala e qu’es benlèu sens equivalent en França tota.

Il parlera du grand auteur qui a permis le relèvement de la langue d’oc entre 1850 et 1914, qu’il appelait « respelida » (résurrection). Son impact au-delà des frontières dépasse l’imagination : il s’agit d’un des plus grands auteurs en langue d’oc, et son œuvre ne servira pas uniquement au maintien de l’occitan dans nos territoires, mais irriguera aussi la Catalogne sœur, la Roumanie renaissante… Il fera une œuvre géniale où il parle de l’amour impossible entre Mirèio et Vicenç, revisiter le passé tragique du temps de la Croisade albigeoise, dans Calendau ; il deviendra lexicographe grâce à des correspondants e à la compilation de dictionnaires comme celui de Cosinièr (Val d’ Agot) qui l’ont inspiré pour faire son dictionnaire « Le trésor du Félibrige ». Enfin, auréolé du prix Nobel en 1904, il disposera de fonds importants pour fonder l’immense Museon Arlatenc dont le fonds dépassait les 50 000 objets de la tradition populaire provençale et qui n’a peut-être pas d’équivalent en France.

Mistral aimava viatjar. Aquò, l’ajudèt a far conéisser son òbra e lo Felibritge, associacion de mond divèrs, mas sovent de classas mejanas o nautas, car los paisans èran pas letrats ! De segur, cridèt a l’escandal, contra l’ideologia de J. Ferry, que repreniá las leis Guizot e Faloux, qu’avián pas autorizada la preséncia de la lenga d’òc a l’escòla.

En 1882, la Santa Estela, que recampa los felibres del país d’òc foguèt organizada a Albi, jos la presidéncia del Capolièr, capmèstre del felibritge. Mistral i venguèt en tren, qu’apreciava fòrça aquel mejan de transpòrt. Se sap que Mistral atirèt plan monde a l’Hotel Rochegude, quitament Jean Jaurés lo venguèt escotar. Totes dos defendèron fòrt e mòrt l’obligacion de la preséncia de la lenga a l’escòla, mas plan d’idèias, subretot politicas opausavan los dos òmes.

En 1882, la Sainte Estelle, qui rassemble les félibres du pays d’oc, fût organisée à Albi, sous la présidence du Capolièr, chef du Félibrige. Mistral est venu en train. On sait qu’il a attiré beaucoup de monde à l’Hôtel Rochegude, même Jean Jaurès est venu l’écouter. Les deux ont défendu l’obligation de la présence de la langue à l’école, mais beaucoup d’idées, surtout politiques, opposaient les deux hommes.

Pendent gaireben un sègle espeliràn de cercles locals, apelats escòlas felibrencas. Lo departament ne contèt a Albi, Masamet o Galhac, a Caramauç, mas la pus activa e la mai duradissa es sens dobte, la de Rabastens, qu’a lo mai tengut dins la durada e qu’a permés l’ereccion d’una estatua a Augièr Galhard, poèta rabastinhòl del sègle XVI. En 1931, se celebrèt a Albi lo centenari de la mòrt de l’Amiral Rochegude : al parc Ròcaguda, una placa de marbre atèsta de l’eveniment, plan de fòtos atèstan de nombrosas delegacions felibrencas vengudas, dins la ciutat episcopala per l’eveniment.

Pendant presque un siècle, des cercles locaux, appelés écoles félibréennes, sont nés un peu partout. Dans le département, il y en avait à Albi, Mazamet, Gaillac, Carmaux, mais la plus active et durable a été sans doute celle de Rabastens. En 1931 on a fêté à Albi le centenaire de la mort de l’amiral de Rochegude, dans le parc Rochegude, une plaque de marbre atteste de l’événement, et beaucoup de photos attestent des nombreuses délégations félibréennes qui sont venues dans la cité épiscopale.

Lo poèta Thomièras, tarnés de París, sebelit a Terçac, Franceson de Verdena (Marçac), adaptator en lenga albigesa de Mirèio son los albigeses qu’evocarem. Paul Prouho, poeta e artista pintre escriguèt a Frederic Mistral, que l’encoragèt a crear una escòla (agropament local).

La Copa Santa

Après la segonda guèrra, A-J Boussac o encara lo doctor Ch. Mathieu son de felibres actius. Gui Vialar s’afiliarà d’annadas de temps a l’Escòla Rocaguda. Farem una evocacion de l’escòla d’Autpol, a Masamet, coma del Calelh. Se pòt dire qu’après 1970 lo nombre dels felibres, demesirà bravament, emai se qualques personas i son totjorn estacadas.

Enfin evocarem e quitament cantarem lo cant de La Copa imne felibrenc e provençal(ista) que festegèt sos 150 ans en 2017. Venètz nombroses !

Après la seconde guerre mondiale, A-J Boussac ou encore le docteur Ch. Matieu sont des félibres actifs. Gui Vialar sera affilié pendant des années à l’École Rochegude. Nous ferons une évocation de l’école d’Autpol ; à Mazamet, ainsi que du Calelh. On peut dire qu’après 1970 le nombre de félibres a beaucoup diminué, même s’il y a toujours des personnes qui y sont attachées.
Pour finir, nous évoquerons e même nous chanterons le chant de la Coupe, hymne félibréen et provençal(iste) qui a fêté ses 150 ans en 2017.
Venez nombreux découvrir un pan d’histoire occitane !

Per ne saber mai del Felibritge, anatz veire lor site :

http://www.felibrige.org/

Comments are closed.