Visita dels Avaironeses

Les Aveyronnais de Séverac le Château en visite occitane à Albi

Dempuèi de longs meses, lo talhièr de Bernat Lescalier estudia la voluminosa e rica saga d’una familha avaironesa de Pau Gairaud, un autor talentuós que d’une meton al nivèl de Joan Bodon. Lo grope albigés es anat dins las tèrras avaironesas per s’impregnar dels luòcs descrits dins lo roman, «Lo libre del Causse», editat per Vent Terral. Los ligams teissuts sus plaça ambe lors omolèogues severaqueses ont fait nàisser la curiositat e son venguts consacrar una jornada al patrimòni albigés ambe d’acompanhators de luxe.

Depuis de longs mois, l’atelier de Bernard Lescalier étudie la volumineuse et riche saga d’une famille aveyronnaise de Paul Gayraud, un talentueux auteur que d’aucuns inscrivent au niveau de Jean Boudou. Le groupe albigeois s’est rendu sur les terres aveyronnaises pour s’imprégner des lieux décrits dans ce roman, «Lo libre del Causse», édité chez Vent Terral. Les liens tissés sur place avec leurs homologues séveracais ont aiguisé la curiosité de ceux-ci. Ils viennent de consacrer une journée au patrimoine albigeois avec des accompagnateurs de luxe.

Tot lo grope dins lo pargue Ròcaguda

Al còp que ven, amics !

Divisés en quatre groupes d’une quinzaine de personnes, les visiteurs sévéracais ont été guidés à travers la ville, en occitan, of course ! Vieil Albi, cathédrale, Patus Crémat, jardins de la Berbie, rien n’a manqué. À midi, direction la cave de Labastide-de-Lévis pour le repas. Reçus en fin d’après-midi à l’hôtel Rochegude, ils ont dégusté croix occitanes de Marie-Claire Verdus, navettes de Peïre Sallagoyti et autres douceurs traditionnelles. De quoi ravir les uns et les autres et prédire sans se tromper une augmentation de la fréquence des… navettes entre Aveyron et Tarn ! Al còp que ven, amics ! 

Doblidam pas totes los membres del Centre Occitan Rocaguda que cadun a son biais (gestion, guidar la passejada, acompanhar, aprestar lo veire de l’amistat…) an permés qu’aquesta jornada siague una capitada, caliá veire cossí lo mond de Severac n’èran contents !

Comments are closed.