Trobadors occitan debat

Lo documentari “Trobadours, un voyage occitan”

Valiá lo còp. I ajèt de monde per l’agachar – e l’ausir, pur delici.. e per ne debatre,..

    Sarah Benillouche es pas d’origina occitana. Ven de Paris. Es un agach estrangièr. Cò que cambia perque de costuma, siá l’occitaniste se trapa polit-polit e se crei arribat, siá se vei minable-minable perque arriba pas a capitar res.

trobdebat600

    Dins un cafè, ausiguèt de monde que cantavan dins una lenga que connéissia pas. Èran lo Cor de la Plana. Descobriguèt l’occitan altravèrs los que cantan en occitan. Ara.  / Sarah Benillouche vient de Paris. Par hasard dans un café elle entendit chanter “Lo Còr de la Plana”… Elle ignorait l’existence de l’Occitan, pourquoi ces gens avaient-ils choisi de chanter de nos jours et dans ce langage? / Question: Perqué aquelis cantaires se son metuts a cantar en occitan? Cal es lo sinhal que los fasquèt – a-n-elis – bascular dins l’engatjament?

trobadorsQualques morres e qualques testimònis:

Laurent Cavaillé… que sa Memé “avalida dins la societat de la vergonha de l’occitan” li daissèt pas qu’una cançoneta en memòria e que cerquèt sas raisses / Laurent Cavaillé et la chanson de Memé.

Manu Théron “toute  langue est une forme de point de vue”

Los Massilia… que fasquèran corir la generacion de 30 a 40… amb la chorma e lo pastagà… “se différencier de la langue de “l’establishment”, le Français centralisateur”

Lo Collectiu “Manja Pelós” (pròche Privas) “rechercher dans l’ancrage pour aller balètidans l’universalité des choses”

Lo balèti : la dança e la musica, per començar de dintrar dins la lenga, çò que fasquerèm, ςò que fan..

Familha Artus “qu’avèm pas las règlas mas que parlan! e n’i a que sabon e que parlan pas” / Ce n’est pas une langue usée où tout a été dit comme l’est le Français.

Bernat – de Radiò Albigés- qu’es un bon especialist per çò que toca la musica:

“Aqueste documentari me pertoquèt que la vision exteriora a l’occitanisme de la realisatriça li permetèt de filmar sens s’entravar dels gropes mai coneguts. Atal, nos balha una imatge rara de la varietat dels gropes occitans.  / Le regard  extérieur de la réalisatrice est global : groupes très connus ou peu, tous les genres musicaux sont évoqués, richesse dont nous avons peu conscience. /  Del fòlc al jazz e al hard-ròck, e la dubertura sus las musicas de la Mediterranèa quand n’es pas una sintèsi : òc-catalan plan segur, òc-libanés, òc-amazig…Cresi que sèm pas pro conscients d’aquesta riquessa.

D’exemples èran donats dins lo film, los joves venon sovent a l’òc per aquela musica dubèrta, que los sortís de la mòda dels tubes ; una mena de cultura parallèla que dubrís a la diversitat, rica de potencialitats. / Cette musique ouverte à tous les vents du monde es souvent ce qui fait venir à l’Occitan les jeunes, amateurs des cultures parallèles à la norme. “

Maites e maites, dins lo film e lo debat, afortissan que la recèrca de las raices occitans es pas un “localisme”, ni un “comunautarisme” mas lo punt de despart per anar cap als autres un còp traucada la paret de l’uniformisacion a la francesa. / Il ressort de toutes ses voix mêlées qu’il ne s’agit ni de “localisme”, ni de “communautarisme” mais d’un enracinement choisi et libérateur qui permet d’atteindre à l’universel en dépassant la normalisation réductrice imposée par le seul usage du français.

 Au delà des chanteurs, cette réflexion sur les raisons d’un engagement pour l’Occitan s’adressent à tous. Surtout aujourd’hui où “passéisme”, “localisme”, “communautarisme” sont autant d’injures polémiques courantes qui nous atteignent, directement ou par ricochet.

Article 101