Contes Jean Boudou Exposition

Contes de Jean Boudou: Exposition / Mòstra “Contes de Bodon”

Cette exposition mêle des extraits de contes et des illustrations variées faites de 1950 (Marius Vallières) à aujourd’hui / De creacions modernas e originalas son degudas à d’escolans, de liceans e d’adultes.

Aquí dejos qualques exemples (tròces) de panèus:

Article de La Dépêche

Estrena / Vernissage samedi 7 janvier (17h) en présence de Jérôme Vialaret -Président de l’Ostal Joan Bodon (Crespin, 12)- qui nous parlèt de Boudou.

Rendut-compte per Andrièu e Chantal:

Força interessanta aquela remembiança sus la vida e l’òbra de Joan Bodon de Crespin. Menada per Jiròni Vialaret davant una amassa afogada d’un cinquentenat de personnas.

Per apevar sos prepaus, l’orator, s’ajudèt regularament de las òbras de Joan Bodon publicadas en òc. Ne legiguèt d’estraches essenciales qu’aviá a sa disposicion per captivar l’amassa presenta. / Pour étayer ses propos, l’orateur s’appuie régulièrement sur les ouvrages publiés par jean Bodou en langue occitane, dont il lit quelques extraits essentiels, car il les a exposés devant lui pour mieux captiver le public présent.

Vialaret nos contèt la vida de Bodon , dempuèi son enfança a la bòria de Crespin en passent per l’escòla communala, puèi lo cors complementari de Naucèla entrò l’escòla normala dels regents à Ròdes, puèi son primièr pòst a Castanet. A parlat pel menut de sos parents, de lor solid personnalitat (paire atèu et communista), de lor escais « la Catoia » a causa de lor quequejament queJoan Bodon mestrejava en òc (fòra l’escola). / Vialaret retrace la vie entière de Bodou, depuis sa petite enfance à la ferme de Crespin, en passant par l’école communale, puis le cours complémentaire de Naucelle, jusqu’à son école normale d’instituteur à Rodez, suivi de son affectation à Castanet. Il a parlé avec force détails de ses parents, de leur forte personnalité (père athée et communiste), de leur surnom « la Catoia » dû à leur bégaiement, que Jean Bodou surmontait quand il s’exprimait en Occitan (hors de l’école). Escrivèt forçes contes e poèmas e frairejèt amb Enric Molin, son ancian regent ,fondador del «  Greil Roergas » societat literaria en lenga d’òc.

Vialaret nos contèt ço que foguèt la guèra per Bodon. Per dos ans, partiguèt al « servici de travalh obligatori » dins una fabrica alemanda en Silesia. Aquí, estudièt l’aleman e apres dètz oras de trabalh penos continuava d’escriure de poèsias en occitan. Foguèt desliurat pels russes e tornèt regent a l’escòla de Durenqua. Foguèron evocat tanben qualques autres biaisses de son mestièr e de sa trop corta vida : son emplec de regent en Algeria, sos cinc o sièis mainatges e encara l’incomprension de sos vesins paisans de Crespin e de l’entorn.

L’orator, ne parlava aisidament, mestrejava son subjècte, mas vist lo temps concedit podèt pas menar lo raconte entrò la fin de la vida de Bodon…”