Descobèrta: Y. Boyer-Hérail

Découverte de Yvonne Boyer-Hérail / Descobèrta de Ivona Boyer-Hérail, poétessa tarnesa en Occitan e en Françés.

Boyer-Hérail

 

herail-boyerSortida de Vabres… e d’une familha d’industrials, se metèt a l’escritura a l’ora de la retirada dins las annadas 60.

Son engatjament felibrenc la meèta cap al « Miègjorn », a la Tèrra d’òc, Tolosa e Besièrs. Es estada nomenada Mèstra d’òbra del Felibritge. Desvolopèt las activitats de « la Bruga del Sidòbre », una escòla felibrenca qu’organizèt de jòcs florals e participèt a la vida culturala tarnesa.

Per vos’n donar lo gost del camins perduts dins los bòsques… « Pasibles carrièrons », genièr de 1970.

« Aqueles carrèirons traversant la montanha

totis del temps passat los avèm correguts.yvonne-boyer-herail

Diguns corrís pas mai, se son desconeguts,

la natura los pren, lo bòsc, l’èrba los ganha.

Passavèm long del riu, del prat e de la sanha.

Trimàvem per montar, bufàvem, èrem muts.

Mas amont sul planòl quant d’espaci de lutz!…….. »

Vos aurez la suite, et plus encore, le samedi 10 Décembre à 17h au Centre Occitan Rochegude… / Per escotar la seguida e los sovenirs del monde que l’an conescuda, anatz al COR lo dissabte 10 de Decembre a 5 oras del ser. E Aperò amical plan segur.

 

 

Concert Noël Lescure d’Albigeois Tarn

Concert de Noël à Lescure d’ Albigeois Tarn 81 / Nadal a Lescura d’ Albigés

lescure-nadal-2016

 

Lo Talhièr de Cant del COR d’ Albi se dona a Lescura,

Nadalets 2016 Lescure d'Albigeois Tarne amb de cants de la Pastorala dels Santons de Provença en mai ! O Jòia Nadalenca de la cultura  / provençala… que fa plaser a totis… / C’est quoi, la Pastorale direz-vous ? Le récit de la Nuit de Noël, qui se passe dans un village de Provence, au XIX° siècle. Des personnages, des chansons…. non, rien de mièvre, rien de bisou-nounours / Mas te dona una d’aquelas envejas de cantar ! / En Provençal… Non, ce n’est pas en Anglais / Òc ! Se compren !  Pour vous, un petit Youtube, la scène du Puits avec « La paura Pistachièr, que se nèga, que se nèga tot entièr….  mas que trapa lo ligam per se faire tirar del potz… »

Cantaram tanben de Nadalets vièlhs e de Nadalets coneguts, coma fasèm tot lo temps…

Le Romaniste Rochegude

Le Romaniste Rochegude / Lo Romaniste Ròcaguda

Livre édité et vendu par le CCOA, au Centre Occitan Rochegude Albi ,112 pages, 15 euros

Presentat per Ramon Ginolhac, lo dissabte 26 de Novembre, a 5 oras (17h), al COR.

Oc ! / Oui ! Encore Rochegude, encore Ramon Ginolhac! / Dempuèi que sièm a Ròcaguda, Ramon es coma un rat le-romaniste-rochegudedins un tròç de formatge, totjorn rosiga, totjorn rosiga… dins los archius… los inedits… los « pas jamai legits »…

Mais là, il s’agit d’un livre de recherche pointue. / Qu’es aquò « un romaniste » ? Es  qualqu’ un que s’ocupa de « las lengas romanas » a primièra vista… / Un Romaniste, c’est un homme qui étudie les langues romanes… Ce faisant, Henri Paschal a « découvert » -ou re-découvert l’occitan des Troubadours.

Aicí dejós l’ article de Robert Fabre, de la Revista de Tarn. / Pour plus de détails, lire l’article de Robert Fabre

De 1791 à 1800, Henri de Rochegude a copié à Paris de nombreux textes en occitan médiéval : les poésies des troubadours connues à son époque, d’autres textes, comme « La Chanson de la croisade ». À partir de cette collecte, il a composé « Le Parnasse occitanien » et « Le Glossaire occitanien », deux magnifiques manuscrits maintenant numérisés et consultables sur internet ainsi que vingt autres manuscrits conservés à la médiathèque Pierre Amalric d’Albi. Rochegude a été le premier, vingt ans avant Raynouard, à réaliser une présentation sérieuse des troubadours et un dictionnaire de l’occitan médiéval. Au cours de cette même décennie, il a accompli un travail analogue sur l’ancien français, copiant les poésies et romans des trouvères, et composé une « Collection des chansonniers françois antérieurs à l’an 1300 » demeurée inédite.

Installé à Albi en 1801, il a poursuivi ces travaux. Sa préoccupation était d’éditer le Parnasse et le Glossaire ; plusieurs manuscrits révèlent sa démarche jusqu’à la parution des deux ouvrages à Toulouse en 1819. Toutefois, ces publications n’offrent qu’une partie des travaux de Rochegude.

L’ouvrage de Raymond Ginouillac présente également sa correspondance avec Raynouard entamée en 1815 à la demande de ce dernier. 36 lettres de Raynouard sont consultables sur un site de l’université de Vienne, d’autres documents sont conservés aux Archives du Tarn, et la médiathèque Pierre Amalric détient une lettre de Rochegude. La confrontation de ces documents éclaire l’aide que Rochegude a apportée à Raynouard pour le « Lexique roman ».

L’ouvrage, présentant une soixantaine d’illustrations, permet de mieux connaître les étapes et l’ampleur du travail du savant albigeois qui durant sa retraite a également réalisé un dictionnaire de rimes, un manuscrit de chansons de son époque et une suite d’expressions typiques occitanes.