Mémoire Occitane D’Albi

CONFERÉNCIA “Memòria Occitana d’Albi”

Se passèt a la Mediatèca del Licèu Laperosa, lo 15 de septembre.  Bernat Lescalier e Ramon Ginolhac an trabalhat amb Robert Fabre per lo libre colectiu: “Mémoires Albigeoises”. Ne sortisquèran, per nosaus, la part occitana. E encara Ramon dis: “Es pas complet….. I a encara de trabalh a far.” / La conférence de B.Lescalier et R.Ginolhac en présente les meilleurs morceaux ayant trait à la présence écrite de l’Occitan.

 Non, contarèm pas tot. Partisquèran d’Azemar lo Nègre (trobador del sègle XII estudiat per Jacme Gorc, un albigés que connéissem plan)  per n’arribar a las òbras del Centre Occitan Ròcaguda…. Qunis tròces vos faire tastar?

1 Un tròç de la poësia d’August Forés: “A la ciutat d’Albi”. Une poésie “albigéiste” d’Auguste Fourès, c’est à dire parlant de la Croisade “des Albigeois” (utilisé comme synonyme de Cathares) en 1882. Contexte: les années suivant la défaite de 1870 sont d’un nationalisme français exarcerbé qui mèneront droit à 14-18. / La causa es contagiosa. L’Albigéisme a los metèisses accents: “patria” – terra de mos paires, “raça bruna”. / “race brune” n’a pas le contenu actuel. Il s’utilise pour famille, clan et tous leurs élargissements. Il correspond au célèbre: “la race de nos Rois”, Capétiens blonds aux yeux bleus  descendant des Francs (invasions barbares Sègle V).

Tu qu’as pel camp sagnós de ton escut, la Luna
Toi qui as, dans le champ rouge de ton écu, la Lune
Que morís e l’Solelh que se lèva, enlugrant,
qui meurt et le Soleil qui se lève, aveuglant,
Mai le Leonpardós qu’i dintrèt, a fortuna
aussi le Léopard qui y pénétra, à force de jouer
D’urpa – salut, Albi, dins le teu passat grand !
des griffes, – salut, Albi, dans ton passé grand !

L’alba de libertat de nòstra raça bruna
L’aube de liberté de notre race brune, il y a plus
I a mai de sèt cents ans, pren ton nom. Le tiran
de sept cents ans, prend ton nom. Le tyran du Nord
Davala de l’ombrenc – e l’òst fèra e dejuna
dévale, – et l’armée sauvage et à jeun va, de notre
Va, de nòstre miègjorn, sens relambi, tirant.
midi, sans relâche, arrachant (maints lambeaux).

Alavetz, trobadors, per la patria santa
Alors les troubaires, pour la patrie Sainte
Lutavan, en cantant, dreit l’invasion maissanta,
luttaient,en chantant, droit à l’invasion mauvaise.
En Aimar, dit le Negre, en Albertàs Cailar,
Aymard dit le Noir, Albertas Cayla,

Les teus èran de pè. Lor glòria l’encalelha,
Les tiens, étaient debout.Leur gloire t’illumine
Aureòla, enrodant, naut, ta Santa-Ceselha,
– Auréole, entourant, haut,la Sainte Cécile,
Que, cap de temps neblós, n’a pas poscut velar.
– Qu’aucun temps nébuleux n’a pu voiler.

2 Lo castigament de l’adultèri / Le châtiment de l’adultère: Un document tiré du livre de Clément Compayré, érudit et éditeur de chartes urbaines, 1843. Extrait en Occitan e sa traduction

adultèri“Et je dis de plus que le prix sera pour l’épouse adultère, qu’ils courent l’un et l’autre de jour et nus, si l’accord que nous voulons avec le seinhor Bisbe, et si cela leur retire l’envie à l’un ou à l’autre, que la peine fut facilitée.”

Aquí passa, dins aquel extrach, sus son cabal, lo sovenir de Lady Godiva… A los coquinons…. i son anats…..

 Acabam sus nòstra fuòc de St Joan, inspirat per la “Fête pour la naissance du Daufin”, 1492. que metrèm amb los detalhs per la Janada que ven. / Les Consuls d’Albi en costume noir et rouge.

3 E LO TABLÈU FAMÓS de Sant Salvi 1720, amb sos consòls en roge e Tablèu de st salvinègre E lo mot “occitan”en bas de tablèu.

Clic sus la fotò pel zoom.

“Pour éviter la peste qui a dévasté cruellement Marseille en premier et tout de suite de nombreuses provinces et villes occitanes, la cité des Albigeois a émis un voeu”

Le troisième jour du mois d’Août 1720.

Oc, un gost de pas pron…. / Oui, ils n’en ont pas dit assez…. On aurait aimé lire chaque document…..