Visita a doas voses al Musèu-Mina de Canhac

Visita a doas voses al Musèu-Mina de Canhac

Lo CCOA vos prepausa una visita a doas voses, en francés amb un guida del musèu, e en occitan amb un ancian minaire, al Musèu-Mina de Canhac, lo dissabte 14 de març a 14 oras, per (tornar) trapar la vida dels minaires tarneses.

La visita de la mina es limitada a 40 personas, s’i cal inscriure obligatòriament alprèp del COR, al pus lèu. Lo prètz es de 5,50 per persona, a pagar sus plaça al Musèu Mina.

La visita serà seguida d’una discutida al l’entorn de l’occitan dins la mina, animada per Jòrdi Raffanel e Sèrgi Bayrac. Aquela animacion dubèrta a totes se farà dins una sala del Musèu-Mina tre 16h.

Mai que mai los minaires de Canhac parlavan la lenga nòstra entre eles, que siague dins la mina o dins la vida de cada jorn. Lo Musèu-Mina de Canhac nos torna menar a aquela epòca ambe de maquinas plan pus recentas. Un tren de vapor davalava lo carbon cap a l’usina de Pelissièr sus la comuna d’Albi, ont èra lavat, triat e vendut. Los carretièrs e un pauc pus tard los «camionaires» lo venián pesar sus una gròssa bascula. Cal dire tanben qu’una part importanta de la produccion partissiá d’Albi pel camin de fèrre.


Le CCOA vous propose une visite à deux voix, en français avec un guide du musée, et en occitan avec un ancien mineur, au Musée-Mine de Cagnac, le samedi 14 mars à 14h, per (re)trouver la vie des anciens mineurs tarnais.

La visite est limitée à 40 personnes, il faut s’y inscrire obligatoirement auprès du COR, au plus vite. Le prix est de 5.50€ par personne, à payer sur place au Musée-Mine.

La visite sera suivie d’une discussion autour de l’occitan dans la mine, animée par Jòrdi Raffanel et Serge Bayrac. Cette animation ouverte à tous se déroulera dans une salle du Musée-Mine dès 16h.

Le plus souvent, les mineurs de Cagnac parlaient la lenga nòstra entre eux, que se soit dans la mine ou dans la vie de tous les jours. Le Musée-Mine de Cagnac nous ramène à cette époque avec des machines bien plus récentes. Un train à vapeur descendait le charbon vers l’usine de Pélissier sur la commune d’Albi, où il était lavé, trié et vendu. Les charretiers et un peu plus tard les camionneurs venaient le peser sur une grosse bascule. Il faut dire également qu’une part importante de la production partait d’Albi par le chemin de fer.