You are currently viewing Adieussiatz, Edmonda!

Adieussiatz, Edmonda!

La còla del CCOA es trista de vos faire part del decès d’Edmonde Goulesque, sòcia fòrça implicada e plan engatjada per sa lenga e sa cultura occitanas.

Nasquèt en Avairon, a Conac, prèp de Requista e del pais de Joan Bodon, a la debuta de las annadas 30. Sola dròlla d’una familha cresenta, viu sola amb sa maire a la mòrt de son paire, a sos 13 ans, a la fin de la Segonda Guèrra. A aquela epòca, es pas aisit de sortir d’aquel mitan païsan: sa destinada segon son primièr regent serà, non pas de faire d’estudis, mas de «cridar aprèp las aucas e de gardar las fedas e las vacas».

Edmonda, bona escolana e ja determinada, passa lo concors per l’Escòla Normala… e o capita! Mas es sa maire que li refusa aqueste còp: per ela, la fe crestiana e l’ensenhament public se maridan mal, subretot per una filha.

Es alara que partisson totas doas a París, dins un ostal eiretat d’un oncle de la familha. Edmonda ne garda pas de bons sovenirs: a París, lo monde se trufa d’ela, de son accent… Aprèp aquel exili, Edmonda se’n tòrna dins son Occitània, a Tolosa, al moment de la Guèrra d’Argeria. Comença d’ensenhar dins lo privat: los òmes partits a la guèrra, una plaça ven de se liberar. Mas dins aquela escòla d’òmes e pels òmes, es a l’ensag, sonque per un mes: aquí volián pas de femnas… Ensag transformat, i demorarà 35 ans!

Coma aimava de dire, es professora de lenga estrangièra: lo francés. E òc, sa lenga mairala es plan l’occitan! Conscienta d’aquò, s’interèssa al moviment occitan de las annadas 70, dins l’optica de’n descobrir mai sus la cultura e d’aprendre a escriure sa lenga. A l’Escòla Occitana d’Estiu, a Vilanòva d’Òlt, rescontra de monde, de personas de son atge, coma ela, e vei qu’es capabla.

Cresenta, son marrit ocupa una plaça importanta dins sa vida. Ven d’un mitan diferent: faguèt los Arts e Mestièrs, a un pòste important dins l’aeronautic, e participèt notadament al lançament de Caravelle. A sa mòrt en 2005, se sarra del Centre Cultural Occitan de l’Albigés per n’ocupar una plaça centrala de vici-presidenta fins a uèi, e al punt de se crear una familha novèla dins l’associacion.

S’engatja al còr del Centre Occitan Ròcaguda, a dos passes de son ostal, amb espèr e conviccions. Mena – amb vam! – de talhièrs e d’animacions divèrsas : d’emissions de radiò, de talhièrs de conversacion al COR e dins d’ostal de retirada, de visitas occitanas del musèu Tolosa-Lautrec… Participa amb fervor a totas las activitats possiblas e quitarà pas jamai de prepausar d’activitat novèlas pel COR. Son «volontariat per la lenga» li permet de tornar trapar los raices de son mestièr: ensenhar als autres, e d’o faire dins sa lenga. E n’es bravament fièra!

Amb Edmonda, la lenga canta a plena votz! Los e las qu’a aprés amb ela ne pòdon testimoniar: per salvar la lenga, la cal parlar, e per la parlar, la cal contar, la cal cantar. Son fòrt temperament marca los esperits, e en retorn, es plan urosa de poder transmetre tot çò que sap.

Çaquelà, la vida contunha d’èsser ruda amb ela: en 2013, foguèt reversada per una veitura al pes de son immòble. Grèvament nafrada, passa per de moments dificils per se’n remetre. Pasmens, i daissa ni son engatjament, nimai sa determinacion!

A tot just 89 ans, es la Covid qu’acabarà per aver rason d’Edmonda. Defensora infatigabla, al parlar franc, perdèt pas jamai la fe, ni en la religion, nimai en sa lenga.

Mercés Edmonda, e adieusiatz plan!

Le CCOA est triste de vos faire part du décès d’Edmonde Goulesque, membre très impliquée et très engagée pour sa langue et sa culture occitanes.

Elle est née en Aveyron, à Connac, près de Réquista et du pays de Jean Boudou, au début des années 30. Seule enfant d’une famille croyante, elle vit seule avec sa mère après la mort de son père, à ses 13 ans, à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. À cette époque, il est difficile de sortir de ce milieu paysan : sa destinée selon son premier instituteur sera, no pas de faire des études, mais de « crier après les oies et de garder les brebis et les vaches ».

Edmonde, bonne écolière et déjà déterminée, passe le concours pour l’Ecole Normale… et le réussit ! Mas cette fois, c’est sa mère qui lui refuse : pour elle, la foi chrétienne et l’enseignement public se marient mal, surtout pour une fille.

C’est alors qu’elles partent toutes les deux à Paris, dans une maison héritée d’un oncle de la famille. Edmonde n’en garde pas de bons souvenirs : à Paris, les gens se moquent d’elle, de son accent. Après cet exil, Edmonde revient dans son Occitanie, a Toulouse, au moment de la Guerre d’Algérie. Elle commence à enseigner dans le privé : les hommes partis à la guerre, une place vient de se libérer. Mais dans cette école d’hommes et pour les hommes, elle est à l’essai, seulement pour un mois : ici, ils ne voulaient pas de femmes… Essai transformé, elle y restera 35 ans !

Comme elle aimait le dire, elle est professeure de langue étrangère : le français. Et oui, sa langue maternelle est bien l’occitan ! Consciente de cela, elle s’intéresse au mouvement occitan des années 70, dans l’optique d’en découvrir un peu plus et d’apprendre à écrire sa langue. À L’École Occitane d’Été à Villeneuve sur Lot, elle rencontre du monde, des personnes de son âge, comme elle, et elle voit qu’elle en est capable.

Croyante, son marri occupe une place importante dans sa vie. Il vient d’un milieu différent : il a fait les Arts et Métiers, détient un poste important dans l’aéronautique, et il a participé au lancement de Caravelle. À la mort de celui-ci en 2005, elle se rapproche du Centre Culturel Occitan de l’Albigeois pour en occuper une place centrale de vice-présidente jusqu’à aujourd’hui, et au point de se créer une nouvelle famille au sein de l’association.

Elle s’engage au cœur du Centre Occitan Rochegude, à deux pas de chez elle, avec espoir et convictions. Elle mène – avec énergie ! – des ateliers et diverses animations : des émissions de radio, des ateliers de conversation au COR et dans des maisons de retraite, des visites du Musée Toulouse-Lautrec… Elle participe avec ferveur à toutes les activités possibles et ne cessera jamais de proposer de nouvelles activités pour le COR. Son « volontariat pour la langue » lui permet de renouer avec les racines de son métier : enseigner aux autres, et de la faire dans sa langue. Et elle est est très fière !

Avec Edmonde, la langue chante à pleine voix. Ceux et celles qui ont appris avec elle peuvent en témoigner : pour sauver la langue, il faut la parler, et pour la parler, il faut aussi la conter, la chanter. Son fort tempérament marque les esprit, et en retour, elle est heureuse de pouvoir transmettre tout ce qu’elle sait.

Cependant, la vie continue d’être rude avec elle : en 2013, elle a été renversée par une voiture au pied de son immeuble. Gravement blessée, elle passe par des moments difficiles pour s’en remettre. Toutefois, elle n’y laisse ni son engagement, ni sa détermination !

À tout juste 89 ans, c’est la Covid qui finira par avoir raison d’Edmonde. Défenseure infatigable, au parler franc, elle n’a jamais perdu la foi, ni en la religion, ni en sa langue.

Mercés Edmonda, e adieusiatz plan!

Emission “Chemin de vie- Edmonde Goulesque” enregistrada en 2016 sus RCF

Eimonda es sortida de la comuna de Conac. Nasquèt lo 5 d’abrial de 1932 al masatge de la Vabra. Anèt a l’escòla al cors complementari, coma se disiá, a Naucèla, dins aquel Segalar que nos balhèt Joan Bodon. Aprèp quicòm coma detz ans a París, coma se fa per tot avaironés, tornèt al país. Foguèt ensenhaira dins l’ensenhament catolic, tant a Sant Sulpici de Tarn coma a Tolosa. En defòra de son ensenhament del francés, e, çò sembla, de l’istòria e de la geografia, passava d’oras a balhar a sos escolans de règlas de vida: cossí se téner a taula, cossí respectar las règlas en societat.

Se maridèt en 86 e visquèt mens de 20 ans amb son òme que se moriguèt en 2005. Tanlèu la mòrt de son òme, Eimonda venguèt al CCOA que venguèt, tan val dire, sa familha. A son arribada, Ramon Ginolhac nos rapòrta que, tanlèu butada la pòrta, diguèt: «Aquí, cal parlar occitan!». Aviá collaborat amb los abats Gustau Farenc e Ernèst Negre sul sicut de la cultura nòstra. Faguèt de teatre. Conesquèt Jacme Taupiac. Ramon nos entresenha que participèt a las activitats de formacion permanenta «Educacion e cultura» del canonge roergats Loís Blanc, ont conesquèt Cantalausa.

Sas primièras intervencions occitanistas en país albigés foguèron amb Ivon Olès: per la Comunautat de l’albigés naissenta, avián tengut un collòqui sus la toponimia. Al Grifol, i menet un fum de monde, tan coma un fum d’activitats. Menava un talhièr de conversacion ont es que fasiá respectar çò que disiá la musicalitat de la lenga, tant es vertat qu’aquò fa partida de l’especificitat de cada lenga. Es Lagarda, çò me sembla, qu’a dit que nòstre accent en francés es lo rampèl de la musica de la lenga nòstra. Interveniá tanben sus Radiò Albigés e RCF. Menava de talhièrs dins los ostals de retirada a l’Ostal de l’Amistat, al Botge, als Jardins de Jouvence e quitament a Serenac. Era apassionada pel volontariat per la lenga, e marquèt sos aprenents. Es Pascala Cabanel que nos rapòrta: « son engatjament e sa fe dins son ròtle de transmission, son gost per las expressions idiomaticas , lo plaser del partatge e sa generositat ».

Cal pas doblidar son gost e son saber far per la cosina del país : sos rafes al fetge salat, sas recèptas pel pòrc negre, sos reponchons e sas navetas que plan sovent ne portava a sos corses.

Tot aquò per dire que s’aviá viscut a l’edat mejan, seriá estada, plan segur, una dels 500 parfaits que moriguèron sul puòg de Montsegur per defendre un ideal de puretat e de convivéncia raportat pels nòstres trobadors.

Miquel FREJABISA

Se li voletz faire omenatge, podètz venir al COR (pendent las oras de obèrtura, 15h/18h), a l’estatge, dins lo centre de ressorças. Un registre es a vòstra disposicion.

Daissar un comentari