Le Romaniste Rochegude

  • Post author:
  • Post category:Non classé

Le Romaniste Rochegude / Lo Romaniste Ròcaguda

Livre édité et vendu par le CCOA, au Centre Occitan Rochegude Albi ,112 pages, 15 euros

Presentat per Ramon Ginolhac, lo dissabte 26 de Novembre, a 5 oras (17h), al COR.

Oc ! / Oui ! Encore Rochegude, encore Ramon Ginolhac! / Dempuèi que sièm a Ròcaguda, Ramon es coma un rat le-romaniste-rochegudedins un tròç de formatge, totjorn rosiga, totjorn rosiga… dins los archius… los inedits… los “pas jamai legits”…

Mais là, il s’agit d’un livre de recherche pointue. / Qu’es aquò “un romaniste” ? Es  qualqu’ un que s’ocupa de “las lengas romanas” a primièra vista… / Un Romaniste, c’est un homme qui étudie les langues romanes… Ce faisant, Henri Paschal a “découvert” -ou re-découvert l’occitan des Troubadours.

Aicí dejós l’ article de Robert Fabre, de la Revista de Tarn. / Pour plus de détails, lire l’article de Robert Fabre

De 1791 à 1800, Henri de Rochegude a copié à Paris de nombreux textes en occitan médiéval : les poésies des troubadours connues à son époque, d’autres textes, comme « La Chanson de la croisade ». À partir de cette collecte, il a composé « Le Parnasse occitanien » et « Le Glossaire occitanien », deux magnifiques manuscrits maintenant numérisés et consultables sur internet ainsi que vingt autres manuscrits conservés à la médiathèque Pierre Amalric d’Albi. Rochegude a été le premier, vingt ans avant Raynouard, à réaliser une présentation sérieuse des troubadours et un dictionnaire de l’occitan médiéval. Au cours de cette même décennie, il a accompli un travail analogue sur l’ancien français, copiant les poésies et romans des trouvères, et composé une « Collection des chansonniers françois antérieurs à l’an 1300 » demeurée inédite.

Installé à Albi en 1801, il a poursuivi ces travaux. Sa préoccupation était d’éditer le Parnasse et le Glossaire ; plusieurs manuscrits révèlent sa démarche jusqu’à la parution des deux ouvrages à Toulouse en 1819. Toutefois, ces publications n’offrent qu’une partie des travaux de Rochegude.

L’ouvrage de Raymond Ginouillac présente également sa correspondance avec Raynouard entamée en 1815 à la demande de ce dernier. 36 lettres de Raynouard sont consultables sur un site de l’université de Vienne, d’autres documents sont conservés aux Archives du Tarn, et la médiathèque Pierre Amalric détient une lettre de Rochegude. La confrontation de ces documents éclaire l’aide que Rochegude a apportée à Raynouard pour le « Lexique roman ».

L’ouvrage, présentant une soixantaine d’illustrations, permet de mieux connaître les étapes et l’ampleur du travail du savant albigeois qui durant sa retraite a également réalisé un dictionnaire de rimes, un manuscrit de chansons de son époque et une suite d’expressions typiques occitanes.